Adolescence

Actuellement, on estime qu’un Canadien sur cinq vivra avec un trouble de santé mentale au cours de sa vie. Plus de 50% des troubles mentaux surviennent entre l’âge de 11 et 14 ans et 75% d’entre eux se manifestent avant l’âge de 25 ans.

L’adolescence est donc une période critique pour la santé mentale en plus d’être une période intense de changements et de développement physique, social, cognitif et émotionnel. C’est aussi une période d’expérimentation et au cours de laquelle l’identité se construit. Il est donc fréquent et normal que les adolescents aient des humeurs changeantes, vivent des déprimes passagères ou soient préoccupés par des questionnements existentiels.

Les parents et l’entourage ont souvent de la difficulté à départager les changements normaux de l’adolescence des problématiques émergentes de santé mentale. Et cette difficulté est accentuée par le fait que les adolescents peuvent rapidement devenir susceptibles et se fâcher facilement lorsqu’ils perçoivent une intrusion dans leur désir d’intimité et d’indépendance.

Les adolescents doivent se séparer naturellement de leur famille afin de gagner leur indépendance et leur autonomie en tant que jeunes adultes : ils vont souvent réagir défensivement, être cachotiers ou irritables afin d’atteindre ce but. Se sentant souvent mis à l’écart, les proches se demandent souvent s’ils ont raison de s’inquiéter. Bien qu’un adolescent change rapidement, ses valeurs, ses croyances et ses objectifs de vie tendent à rester stables lors du passage de l’enfance à l’âge adulte. La famille, qui partage généralement les mêmes croyances et valeurs, est souvent la mieux placée pour savoir si l’adolescent éprouve des difficultés.

Par contre, les parents qui sentent que la santé mentale de leur adolescent change, peuvent refuser d’accepter ou de reconnaître un problème par orgueil ou par crainte de voir s’écrouler les rêves et espoirs qu’ils ont pour leur enfant.

Les parents peuvent se sentir dévastés par l’idée qu’un trouble de santé mentale puisse empêcher leur enfant de mener une vie « normale » lui permettant d’utiliser ses qualités de manière productive. Mais rappelons-nous l’existence des méthodes qui ont  démontré leur efficacité dans le traitement des problèmes de santé mentale. Avoir un problème de santé mentale est souvent temporaire et une personne vivant avec un problème de santé mentale peut elle aussi mener une vie satisfaisante.

Les études démontrent que d’ignorer le problème ne le fait pas disparaître et peut au contraire l’empirer. Comme dans le cas de problèmes au de santé physique, ne pas recevoir le traitement approprié peut prolonger et empirer les symptômes.

Certains éléments peuvent être signe de difficultés d’adaptation ou de détresse chez les adolescents. Cette liste d’indicateurs est présentée à titre informatif :

  • Diminution du temps passé avec les amis et la famille
  • Conflits récurrents avec les amis et la famille
  • Baisse significative des résultats scolaires
  • Absentéisme ou refus de suivre ses cours
  • Difficultés de mémoire, d’attention ou de concentration
  • Modifications importantes dans le niveau d’énergie, l’appétit ou le sommeil
  • Négligence au niveau de l’hygiène ou de l’apparence personnelle
  • Comportements à risque : conduite dangereuse, sexualité risquée, abus de drogues ou d’alcool, recherche de sensations fortes
  • Perte de confiance en soi, envers les autres ou le monde
  • Sentiments de découragement, de tristesse, d’anxiété, pleurs fréquents

SI vous avez des doutes ou des questions concernant la santé mentale d’un adolescent dans votre entourage, n’hésitez pas à nous contacter au 514-524-7131.

D'autres articles qui pourraient vous intéresser...

Comments are closed.